Vous êtes ici : diagnostics immobiliers > diagnostic termites

Diagnostic termites

Périmètre et méthodologie d'intervention

Périmètre

Le repérage s’effectue sur l’ensemble du bien, pièce par pièce , y compris dans les parties qui ne contiennent pas de boiseries et peuvent être un lieu de passage des termites.

Tout doit être visité ! Dépendances, combles, vide sanitaire, sous-sol, façade etc.

Pour une maison individuelle, le Diagnostic Termites porte sur le bâtiment, mais également sur le terrain dans un rayon de 10 mètres autour du bâti.

Pour un lot de copropriété le repérage porte sur la partie privative.

Méthodologie de repérage.

Il est nécessaire ici afin de comprendre la logique du diagnostic des termites de comprendre les bases de leur fonctionnement.

Les termites « souterrains » font leur colonie dans le sol (société extrêmement bien organisée) et c’est à partir de là qu’ils vont commencer leur recherche constante de nourriture. Le termite est lucifuge il ne supporte pas la lumière ceux qui le rend difficilement visible, en effet à l’inverse des autres insectes xylophages le termite ne fait pas de « trou de sorti » ni d’altération sur la surface visible du bois attaqué.

De ce fait le « repérage termites » s’effectue de 2 façons complémentaires pièce par pièce :
1. Visuellement nous examinons l’ensemble de la pièce (sol, murs, plafond, etc) à la recherche d’indices (cordonnet, insectes ailés, galerie tunnel etc,).
2. Par poinçonnage nous sondons les boiseries du bien. Le sondage est impératif il est le moyen le plus fiable car comme dit ci-dessus le termite n’altère pas la surface visible du bois.

Les zones exposées au risque de termites dans votre logement sont :

  • la cave
  • le sous-sol
  • la charpente
  • le plancher
  • les escaliers
  • les murs
  • les portes et fenêtres
  • les plinthes
  • les placards et autres meubles en bois

Nous constatons également la présence d’autres insectes ou champignons xylophages mais en cas de présence, depuis mars 2012 cette information est précisée simplement en constations diverses du rapport de diagnostic.

Voici des exemples d’insectes ou champignons à constater dans le rapport :
Insectes : Le capricorne, la grosse et la petite vrillette, le lyctus, le syrex etc.
Les champignons : coniophores des caves, lenzite, bleuissement etc,

Quels sont vos obligations en cas de présence de termites ?

Vous n’avez pas d’obligations de travaux, mais une obligation de déclaration en Mairie. Quoi qu’il en soit un traitement devra être fait. Ceci peut faire l’objet d’une discussion ou d’un accord entre acquéreur et vendeur.

Formulaire de déclaration à la mairie


Arrêté préfectoral du 26 octobre 2001

« Article 5 : Dès qu’il a connaissance de la présence de termites dans un immeuble bâti ou non bâti, l’occupant de l’immeuble contaminé en fait la déclaration à la mairie du lieu où se situe le bien par lettre recommandée avec demande d’avis de réception ou contre décharge. A défaut d’occupant, cette déclaration incombe au propriétaire et dans les copropriétés, au syndicat de copropriétaires pour les parties communes. La non observation de cette obligation est punie des peines prévues pour les contraventions de 3ème classe. »


Code de la construction et de l’habitation.

Article R133-6 : Est puni de l'amende prévue pour les contraventions de la troisième classe le fait de ne pas souscrire la déclaration de la présence de termites prévue à l'article L. 133-4.

Est puni de l'amende prévue pour les contraventions de la quatrième classe le fait de ne pas souscrire dans les conditions prévues à l'article R. 133-5 la déclaration en mairie relative aux opérations d'incinération ou de traitement avant transport des bois ou matériaux contaminés par les termites.
Est puni de l'amende prévue pour les contraventions de la cinquième classe le fait de ne pas avoir procédé, en cas de démolition de bâtiment situé dans une zone délimitée par arrêté préfectoral, aux opérations d'incinération ou de traitement avant transport des bois ou matériaux contaminés par les termites, exigées au deuxième alinéa de l'article L. 133-5.

La récidive de la contravention prévue à l'alinéa précédent est punie conformément à l'article 132-11 du code pénal.

Article R133-3 : La déclaration de la présence de termites dans un immeuble bâti ou non bâti, prévue à l'article L. 133-4, est adressée, dans le mois suivant les constatations, au maire de la commune du lieu de situation de l'immeuble par lettre recommandée avec demande d'avis de réception ou déposée contre récépissé en mairie.

En cas de présence de termites dans le logement

Traitement curatif

La technique piège :
La technique piège repose sur la biologie et le comportement même des termites. En effet, des études ont montrées notamment que les termites sont en permanence en prospection de nourriture dans tous les sens et toutes les directions. Cette technique fait appel à des stations de deux types, selon qu'elles soient placées à l'intérieur ou à l'extérieur du bâti, dans le sol ou pas. Ainsi, l'approche du traitement anti-termite par cette technique nécessite un examen approfondi des lieux afin de déterminer si seul le terrain est concerné ou si le bâti est lui aussi déjà infesté.  Le traitement consiste alors à ceinturer la périmètrie du bâti par des stations implantées dans le sol et selon l'état des lieux

La barrière :
On perce et on injecte avec le termicide, les murs très près du sol avec un forage tous les 20 centimètres. Les trous sont ensuite rebouchés. C'est un traitement qui s'effectue sur les murs périphériques, de refend ou mitoyens et les caves voûtées. L'avantage de la barrière est d'offrir un traitement efficace à long terme. Le traitement du bois concerne les planchers, les charpentes, les huisseries, les plinthes et les lambris.

Il est également possible de prendre les devants et d'éviter que les termites arrivent jusqu'à votre logement en effectuant des traitements préventifs.

Traitement préventif avant construction

  • Réaliser un traitement par barrière empêchant les termites d'accéder à leur nourriture, bloquant leurs déplacements du sol vers les habitations. L'applicateur disperse le produit termicide sur tout le périmètre de construction augmenté d'un ou deux mètres, en prenant soin d'asperger les fondations. Ce traitement devra être renforcé aux souches d'alimentation des fluides (eau, gaz, électricité)
  • Le dépôt d'un film de polyéthylène insecticide réduit la quantité d'insecticide nécessaire
  • Les bois d'ossature utilisés dans la construction devraient faire l'objet d'un traitement anti-termites

Traitement préventif après construction

S'il n'y a pas de termites, le traitement se limite aux sous-sols et rez-de-chaussée :

  • Injection des pieds d'huisserie au contact avec le sol
  • Injection en écran anti-termites des maçonneries entrées
  • Injection à la base des murs de refend
  • Traitement des portées de solivage et des solives
  • Barrière d'injection dans le sol extérieur
  • Barrière d'injection dans les murs de refend
  • Injection des pieds d'huisserie
  • Barrière d'injection dans les cloisons de distribution et de doublage

Informations générales sur les termites

Il y a environ cinquante ans, les termites limitaient leurs méfaits aux seules régions côtières du sud-ouest et du bassin méditerranéen. Depuis, force est de constater que la propagation est constante et rapide. Les infestations se sont ainsi propager vers le centre, le nord et l'est de la France. Devant l'aggravation de la situation, plusieurs dispositions règlementaires ont été prises dans le but de limiter la prolifération des termites.

Le termite est un insecte dit xylophage

Il se nourrit de la cellulose contenue dans le bois. Cinq espèces cohabitent en France métropolitaine, dans les sols boisés. Mais les termites n'hésitent pas à coloniser les milieux urbanisés. Leur plan d'attaque est toujours le même : ces insectes pénètrent dans la maison via le sol et prennent possession des lieux en rongeant depuis l'intérieur les matériaux de construction. Parce qu'ils fuient la lumière, ils creusent de véritables galeries - parfois de plusieurs  dizaines de mètres - dans les matériaux tendres comme le bois, le plastique, le polystyrène ou le plâtre. Leur taille (5 mm) ne laisse en rien présumer leur appétit d'ogre qui peut venir à bout de n'importe quelle habitation ! Ce qui fait de ces petites bêtes de redoutables ennemis des constructions.

Les termites sont organisés en colonie. La colonie est structurée en différentes castes morphologiquement distinctes. Les ouvriers représentés ci-dessous représentent la caste qui s’occupe de nourrir le restant de la colonie en consommant les boiseries, le carton, le papier, le tissu.

Lors de sa prospection nutritive, le termite peut altérer d’ autres matériaux dont il ne se nourrit pas. Ces « galeries » peuvent être creusées dans le sol ou les matériaux tendres tels que le bois, les plastiques, le plâtre.

Le termite peut également construire des « galeries tunnels » ou « cordonnets » en surface de matériaux trop durs (pierres, ciment, béton). Ces cordonnets sont construits dans le but de passer d’un endroit boisé à un autre endroit boisé pour continuer l’approvisionnement en nourriture, tout en restant à l’abri de la lumière qu’ils ne supportent pas.

Généralement l'introduction des termites dans le bâtiment se fait par :

  • Les joints d'étanchéité et de dilatation
  • Les conduits, gaines ou canalisations
  • Les vides sanitaires
  • Les fissures ou jointements

Le termite se propage principalement par essaimage ; par bouturage ; par transport de matériaux infestés.

Dernière mise à jour le 16/02/2016